Visiter la Sardaigne en Voiture !

sardaigne

Août 2016 … Il fait beau et on a envie d’un endroit paradisiaque pour passer nos vacances. Quelques recherches plus tard et la Sardaigne s’offre à nous. Sur le papier, elle a tout pour nous conquérir : côtes sauvages, criques bleues turquoises, espèces endémiques et arrière-pays divin ! Il nous faut voir cette merveille de la nature !

Et sa beauté et son caractère ont dépassé toutes nos espérances.

Suivez notre itinéraire de 15 jours en Sardaigne, à la découverte des plus jolis endroits de cette magnifique île.


Au sommaire de cet article




Une semaine en Sardaigne du Sud

Notre voyage a commencé par une semaine au Sud de l’île. Plus sauvage, avait-on lu, moins bling bling que le Nord. Et c’est vrai que nous y avons trouvé une certaine tranquillité et une rare authenticité partout où nous sommes passés.

Notre logement se situait à Cagliari, la plus grosse ville du Sud. De là, notre voiture nous permettait de rayonner à notre guise.

Nous avons décidé que, globalement, pour ce voyage, l’organisation serait la suivante : partir à la découverte du patrimoine culturel de la Sardaigne dans la matinée et profiter des sublimes plages et d’un peu de farniente l’après-midi. Et ce qu’on a fait !

Jour 1 – Découverte de Cagliari

sardaigne

C’est en soirée que nous sommes allés nous balader dans les rues pittoresques de Cagliari, et plus précisément dans son quartier symbolique appelé Castello (le château). Ses couleurs dorées, ses restaurants et cafés agréables dominant la lagune nous ont ravis.

Nous nous sommes promenés sur les remparts, en rencontrant ci et là quelques jolies églises orthodoxes.

En se rapprochant du port, l’endroit est idéal pour y trouver un bon restaurant et y déguster quelques spécialités sardes comme les fruits de mer.

Nous n’avons pas eu le temps de vraiment visiter la ville mais on nous avait conseillé le Musée Archéologique National ou encore l’Amphithéâtre romain, en contrebas.

Cela nous fera une raison de revenir !

Jour 2 – Hommage aux mineurs

Montevecchio

sardaigne

Cette ville a été, durant de nombreuses décennies, la principale ville minière de la Sardaigne. On y extrayait le plomb et le zinc principalement. Si aujourd’hui, la mine n’est plus exploitée, elle a été ouverte au public afin que les visiteurs se rendent compte du travail pénible quotidien fourni par les mineurs. Galeries, matériel, maisons et musées très intéressants font de la visite un moment d’histoire enrichissant et très émouvant.

Plus d’info :. http://www.minieradimontevecchio.it/

Plage Pan de Zucchero « Pain de sucre »

sardaigne

La Plage de Masua est une curiosité à ne pas rater après la visite des mines de Montevecchio.

Non seulement la plage est spacieuse, jolie et sauvage, malgré un bon nombre de touristes qui y posent leur serviette, mais elle a cela de spéciale qu’un morceau de falaise s’est détaché de la côte et a vogué à quelques centaines de mètres seulement de la plage. Tel un morceau de sucre … d’où son nom.

Ce monument naturel et toute la plage de Masua sont vraiment superbes. Faites-y trempête en observant ce géant de roche.

Jour 3 – Site antique

Site de Nora, à Pula

sardaigne

Un site antique au bord de la mer … voilà encore une belle surprise de la Sardaigne ! Ici, vous vous baladerez entre colonnes, vestiges impressionnants de cité antique et mosaïques, le tout accompagnés par le bruit des vagues de la mer alentour.

C’est sur le site de Nora que furent découverts les plus anciennes écritures phéniciennes de l’île.

Une jolie visite de près de 2heures pour comprendre l’organisation de ces civilisations venues de l’Empire romain.

Baignade à Tuerredda

sardaigne

Près de Pula, nous avions décidé de faire trempette sur une plage qui avait l’air magnifique : la plage de Tuerredda.

En arrivant sur place, un peu avant d’atteindre la plage, nous remarquons des rochers et nous nous sommes dit qu’il y avait peut-être des petites criques intimistes pour notre baignade. On tente ! On gare la voiture sur la falaise et on crapahute en descendant quelques rochers en direction de la mer.

Et là, c’est la claque. La plus belle crique que nous avions jamais vue ! Une eau turquoise magnifique, nous, quelques rochers et la mer à perte de vue.

Pour poser notre serviette, pas de sable mais une chasse au rocher plat. Pour tout vous avouer, l’eau est tellement belle et rafraîchissante, qu’on est à peine sortis.

Glace artisanale autour de Cagliari

sardaigne

Sur le chemin du retour, après une longue journée de découvertes et de baignade, on adorait s’arrêter dans l’un des petits villages qui croisaient notre chemin pour s’y balader un peu et surtout manger de délicieuses glaces artisanales sur les terrasses des cafés.

C’est un bon moyen de s’éloigner des sites touristiques et de papoter quelques instants avec les locaux qui vous renseigneront à coup sûr sur les meilleurs restos du coin :)

Jour 4 – Île de San Pietro

sardaigne

L’Île de San Pietro, que l’on rallie en ferry avec la voiture, est une petite merveille de la nature. On arrive au petit port de Carloforte et on fait un petit tour de l’île pour croiser des plages quasiment désertes (malgré une visite de l’île en plein mois d’août !).

Puis, on aperçoit un phare qui se dresse fièrement au loin. Nous marchons donc en sa direction et d’ici le point de vue est à couper le souffle : les falaises abruptes et la mer aux couleurs exceptionnelles nous laissent bouche bée. Quelques cactus ponctuent notre promenade sur ce pic rocheux, ce qui achève de parfaire cette chaleureuse ambiance méditerranéenne.

Nous continuons notre petit tour de l’île de San Pietro et apercevons, en bas de la route, une crique au milieu des montagnes.

Ni une ni deux, on descend donc de notre voiture pour partir à la découverte de ce lieu enchanteur. On aurait cru se baigner dans une rivière de montagne : cailloux au fond de l’eau, calme et sérénité. Vraiment super chouette comme moment !

Jour 5 – Entre dunes et charbon

Carbonia et la mine de Serbariu

sardaigne

Pour ce 4ème jour, direction les alentours de Carbonia : cette ancienne ville minière a été construite en 1938 à proximité de la mine de Serbariu, spécialement pour y héberger les milliers d’hommes et de femmes qui y travaillaient péniblement et bravement chaque jour.

Il est intéressant de faire un petit tour à Carbonia et de s’imprégner de l’ambiance et de l’architecture de l’époque. C’est un voyage dans le temps que complète parfaitement la visite de la mine de Serbariu.

Pour cette visite, mettez votre casque et descendez, comme le faisaient autrefois les mineurs, dans la mine pour en parcourir les vastes galeries. Guidé par un passionné, le visiteur découvre les habitudes et le mode de vie des travailleurs, leurs outils ou encore la lampisterie où ils récupéraient leur précieuse lampe.

Quoi de mieux qu’un petit tour dans une vraie mine pour se rendre compte de la pénibilité et la dureté endurées par ces hommes durant des décennies, travaillant 8 à 10 heures par jour dans la poussière, le bruit et, parfois, le dos courbé ?

Avant ou après la visite de la mine, vous pourrez visiter le musée du charbon et observer quelques curiosités et souvenirs d’époque.

Spiaggia delle Dune o delle Sabbie Bianche

sardaigne

Pour vous rafraîchir dans l’après-midi, filez ensuite à la Spiaggia delle Dune (comprenez la plage des dunes). Au programme : une immense plage au sable blanc, la mer chaude et peu profonde à perte de vue et des dunes de sables dans lesquelles vous pourrez vous abriter en (presque) toute tranquillité !

Elle est assez jolie et agréable, surtout pour les familles car l’eau y est peu profonde et les enfants s’en donneront à coeur joie dans les dunes.

Jour 6 – Cap Carbonara

sardaigne

Le Cap Carbonara est un coin que nous avons beaucoup aimé.

Nous nous sommes baladés exclusivement sur la côte ouest du Cap. Nous avons déjeuné sur le charmant petit port de Villasimius, et avons ensuite pris la direction de la plage de Simius.

Il y avait pas mal de monde mais, en nous éloignant de l’entrée principale (accolée au parking), nous avons trouvé un sport parfait : sur un rocher plat, dominant la plage et la mer.

C’est armés de nos masques et de nos tubas que nous avons pu admirer l’attraction phare de la plage de Simius : les nombreux poissons-balistes qui nagent au milieu des baigneurs, à quelques mètres seulement du rivage.

Pour vous éloigner un peu des foule, prenez votre voiture et longez la côte. Vous tomberez sur des petites criques isolées dont vous garderez jalousement le secret, comme la petite crique Santa Caterina.

* * *

C’est ainsi que s’achève notre première semaine en Sardaigne. Le sud de l’île tient ses promesses : de magnifiques endroits sauvages et des paysages époustouflants ainsi que des traditions et souvenirs très forts, notamment autour des mines, que les sardes se plaisent à conter et à partager.

Il est temps de rejoindre le Nord de l’île, un long chemin nous attend.

Nous décidons donc d’en profiter pour faire une halte au centre de l’île, dans un site historique magnifique.

Jour 7 – Centre de l’île

Su Nuraxi

sardaigne

Près du village de Barumini, nous nous rendons sur le site nuragique de Su Nuraxi, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Un site nuragique, késako ? C’est un site bâti par le peuple sarde vers 1500 avant J.C qui avait une fonction de vie quotidienne, bien sûr, avec des maisons et bâtisses communes mais également une fonction stratégique et de défense.

A cette époque, plus vous montriez aux ennemis votre capacité à construire un site beau, grand et résistant, plus vous étiez craint et donc en sécurité !

La particularité de ce type de sites (il en existe quelques uns en Sardaigne) est que les monuments sont bâtis entièrement selon une technique particulièrement d’entassement de pierres: pas de mortier ni de joints quelconque. Et ça tient ! La deuxième particularité est que tout est rond dans ce type de village: des maisons aux bâtiments communs, en passant par les tours. Ce qui donne quelque chose d’unique et d’assez incroyable.

La visite de ce site nous a vraiment conquis et le guide nous a expliqué avec beaucoup de précision l’histoire et les secrets de ces monuments fascinants.

Plateau Giara di Gesturi

sardaigne

A quelques kilomètres de là, nous nous sommes rendus au Plateau Giara di Gesturi pour y faire d’étonnantes rencontres. Sur ce plateau vivent des chevaux sauvages !

On ne pouvait donc pas manquer ça !

Le plateau est très grand et les voitures y sont interdites. Mais à l’entrée, il est possible d’y louer des vélos pour une somme modique. C’est ce que nous avons fait. Nous roulons quelques minutes au milieu de troupeaux de chèvres et de vaches. C’est vraiment super chouette.

Puis, deux chevaux sauvages pointent le bout de leur museau. Il trottinent à côté de nous vers un point d’eau pour se rafraîchir et retournent dans la forêt, à l’abri de la chaleur écrasante.

Un bon moment en pleine nature où l’on se sent fragiles et admiratifs.

Plage Is Arutas

sardaigne

Petit moment baignade pendant ce périple qui nous mènera, enfin, au nord de la Sardaigne à la plage Is Arutas.

Une jolie plage au sable quartzeux. C’est génial et hyper agréable de fouler ce quartz poli par les caprices de la nature. Et ce n’est pas tous les étés que l’on voit ça !

Une semaine en Sardaigne du Nord

sardaigne

Pour notre semaine en Sardaigne du Nord, nous avons trouvé sur Airbnb, à Sassari, une petite maison au milieu d’un champ d’oliviers et de figuiers, absolument géniale. Ce sera donc notre point de chute pour visiter la Sardaigne du Nord.

Et on le regrettera pas car c’est quand même génial de pouvoir aller cueillir quelques figues dans le jardin pour le dessert et être totalement au calme, dans un endroit pourtant si touristique !

Jour 1 – Bosa et Sassari

Mille couleurs à Bosa

sardaigne

Pour notre première journée dans le Nord de la Sardaigne, nous avons eu envie d’aller découvrir un petit village, aussi charmant et calme que coloré : Bosa.

Son petit port de pêche dominé par de magnifiques maisons colorées construites sur une colline, donnent l’impression de se contempler une jolie aquarelle.

Et lorsque l’on se balade dans les ruelles, entre cafés et glaciers, c’est tout le charme et les traditions sardes qui défilent sous nos yeux : ruelles étroites, anciennes maisons de tanneurs, linges aux fenêtres …

Bref, un agréable moment pour flâner et profiter de la tranquillité ambiante et du sourire des habitants du village.

Bateau à Sassari

sardaigne

Sur le retour, après une halte dans l’une des criques discrètes qui longent la route, nous allons faire un tour à Sassari, la deuxième plus grande ville du Nord de l’île.

On passe par la Piazza d’Italia et la Via Roma, on rentre dans l’Eglise Santa Maria di Bethlem qui est vraiment très jolie et on terminera par un tour de bateau, pour admirer depuis l’eau la beauté de la ville, le coucher de soleil et les dauphins.

Bon, pour notre part, nous avons vu un seul bout de nageoire furtif, mais des dauphins il y en a. Et, en tout cas, la balade en mer reste agréable.

Jour 2 – Castelsardo

Un air médiéval à Castelsardo

sardaigne

Incontestablement l’un des villages les plus agréables et les plus mignons de notre périple en Sardaigne, Castelsardo se dresse fièrement au-dessus de la mer, adossé à la montagne, et invite les visiteurs à venir fouler ses pavés et son coeur de ville entièrement piétonnier.

Entre petites églises, boutiques artisanales et habitants installés à l’ombre pour regarder les passants, la balade dans ce village de pierres est vraiment agréable et ressourçante.

Baignade à Isola Rossa

sardaigne

Nous posons notre serviette sur une longue plage de sable, dans la baie de l’Isola Rossa, adorable village de pêcheur.

La plage est vraiment immense, l’eau est translucide et chaude, alors bien entendu on a sorti nos masques et nos tubas pour apercevoir quelques poissons. C’était super, de nombreuses espèces colorés nageaient autour de nous, à quelques mètres seulement du rivage. Un beau moment.

Jour 3 – Arrière pays

Tempio Pausania

sardaigne

Gros coup de coeur pour ce village typique sarde, tellement atypique.

Ce village, situé à la Gallura, une région de montagne, a cette particularité d’être niché au coeur d’une forêt de chènes-lièges. L’exploitation de ces arbres est donc la première industrie de la région. Sur la route, d’ailleurs, l’exploitation est marquante puisque des morceaux de troncs d’arbre entiers sont retirés, ce qui laisse une empreinte cuivrée très caractéristique.

Dans le village de Tempio Pausania, les artisans sont si doués qu’ils peuvent à peu près tout faire en liège: de la vaisselle aux vêtements ! C’est incroyable !

Et le village, en lui-même, est super mignon, fait de pavés et de bâtisses en pierre, comme si le temps n’avait eu aucun effet sur lui.

Aggius

sardaigne

Tout près de Tempio Pausania, nous faisons une halte dans un autre petit village typique, le village d’Aggius. Petites maisons et charmantes ruelles, c’est pourtant davantage son parc qui nous marquera.

Le Parc de Santa Degna est une petite pépite: entre verdure et lacs, le parc est parsemé d’énormes blocs granitiques.

Nous avons adoré cet écrin naturel et y avons (proprement) pique-niqué sur un rocher, à l’ombre des immenses arbres, en admirant les canards et les cygnes profiter de la fraîcheur de l’eau.

Plage Santa Teresa Gallura

sardaigne

Après ces beaux moments passés dans l’arrière-pays sarde, il est temps de se rafraîchir ! Nous arrivons au village de Santa Teresa Gallura et croisons quelques sangliers apeurés.

On visait la Plage, que nous devions rejoindre en traversant un long ponton au bord des falaises.

Comme à notre habitude, nous remarquons un coin tranquille en contrebas, sans aucune âme qui vive, où nous pensons être tranquille au milieu des rochers.

Et, nous avons été fort bien inspirés ! On crapahute un peu (ça devient une habitude en Sardaigne) et on arrive finalement au bord de l’eau. On pose notre serviette sur un rocher plat et là, la magie opère. Personne autour de nous, aucun bruit si ce n’est celui des vagues et un accès à l’eau « profonde » immédiat.

Un pur moment de bonheur où bien sûr prudence, masque et tuba, sont de rigueur ! Des poissons et anémones à profusion, on en prend plein la vue dans ces fonds sous-marins.

Clairement l’un de nos meilleurs souvenirs sur l’île.

Jour 4 – Île de Tavolara

sardaigne

Départ aujourd’hui pour l’île de Tavolara, au sud de la ville d’Olbia. Cette île ne ressemble à rien de ce que nous avons vu jusqu’à présent. En effet, ce morceau de terre de 5 km de long et 1 km de large, a été durant un siècle un Royaume totalement indépendant, gouverné par les Bertoleoni, l’unique famille habitant les lieux.

C’est donc son histoire et sa beauté qui nous ont attirés.

On part du quai de Porto San Paolo et, après seulement quelques minutes de traversée, l’île s’offre à nous.

Ce que l’on remarque en premier en arrivant c’est sa colonne de roche naturelle, reconnaissable entre milles, qui constitue l’une des curiosités géologiques de l’île, ressemblant à un visage humain, et en occupe une bonne partie.

On se promène au bord de la mer, à la recherche de coins un peu isolés. Et ce n’est pas ce qui manque sur l’île ! De nombreuses petites criques et plages blotties au fond des anses nous ont permi de passer un agréable moment, assez paisible.

Jour 5 – Parco Nazionale dell’Asinara

sardaigne

Le Parc national delle’Asinara est une merveille préservée en Sardaigne. Le pays a voulu en conserver le caractère sauvage et endémique de la faune et la flore, terrestres et sous-marines. C’est pourquoi la visite de l’île est réglementée. On prend le ferry, depuis Porto Torres ou Stintino et ensuite petit-train obligatoire, à bord duquel on se baladera toute la journée à la découverte de ce patrimoine naturel exceptionnel.

Les paysages sont très beaux et le guide nous transmet les informations essentielles à connaître des lieux. On fait quelques haltes pour observer les falaises et les plantes particulières qui peuplent l’île. C’est aussi l’occasion de faire de jolies photos et d’apercevoir quelques compagnons de route, comme les chèvres et les bouquetins!

Puis, petite pause pique-nique et plage. On a quartier libre, on en profite donc pour faire un peu de snorkeling. Les fonds sont superbes !

On s’arrête ensuite dans un coin de l’île où vit une espèce unique d’ânes blancs. On part donc respectueusement à leur rencontre. Ils ne sont pas farouches et c’est assez extraordinaires de pouvoir les observer dans leur milieu naturel (c’est quand même pas souvent qu’on voit des ânes sauvages, hein!, et surtout pas des ânes blancs, extrêmement rares, qui ne vivent nulle part ailleurs !).

Le petit train nous emmène ensuite vers la Pointe de l’Excommunication, qui est le point culminant de l’île. Nous y visitons les anciennes structures pénitentiaires où étaient retenus des prisonniers politiques et des mafieux, à l’instar de Giovanni Falcone.

Pour être tout à fait honnête, la visite du Parc dell’Asinara était sympa mais pas un incontournable en Sardaigne, selon nous.

Jour 6 – Alghero

sardaigne

Pour notre dernier jour en Sardaigne, nous décidons d’aller jeter un oeil à la capitale du Nord de la Sardaigne : Alghero.

Nous commençons très tôt le matin par la visite de l’attraction principale de la ville : la fameuse grotte de Neptune, située dans la baie de Porto Conte.

Deux possibilités pour y accéder:

  • le bateau, moyen le plus simple pour s’y rendre, mais aussi le plus onéreux,
  • l’immense escalier à flanc de falaise : 600 marches à descendre (et à remonter!) mais avec une vue spectaculaire.

Nous avons opté pour le bateau car les 600 marches à remonter, à la fin du séjour, ne nous tentent pas beaucoup !

Pour mieux profiter de la Grotte, l’idéal est de la visiter très tôt le matin (vers les 9h00). Moins de touristes et donc plus de tranquillité.

L’entrée à la grotte coûte 13€. Seulement 600 mètres de cette Grotte marine sont visitable, le tour en est donc assez rapide. Mais la grotte est superbe : les couleurs des stalactites tranchent avec celles de l’eau et le contraste nous a beaucoup plu. Le seul bémol de la visite: l’organisation. Un seul guide devant gérer un grand groupe de visiteurs, autant dire que ses explications, entre la résonance de la grotte et les murmures des autres, nous sont passées au-dessus de la tête.

Nous visitons ensuite la Cathédrale Santa Maria, qui ne paie pas de mine à l’extérieur, d’une sobriété incroyable, mais qui est très surprenante à l’intérieur, entre couleurs et colonnes torsadées.

Nous terminons par une petite promenade sur les remparts. La balade est très agréable et la vue sur la mer et le port est vraiment belle.

Notre avis de voyageur

C’est déjà l’heure pour nous de repartir, des images et des souvenirs plein la tête. La Sardaigne est une île génialissime, avec des plages plus belles les unes que les autres, un patrimoine culturel et naturel exceptionnels, et des locaux adorables. En plus, on a pu se trouver plein de super spots loin des foules, pour profiter pleinement des paysages de dingue que l’île nous offrait. Une île magnifique, tout simplement.


Lisez également nos récits sur ces autres destinations !