Visite du Château de Chenonceau & de sa légendaire Chambre Noir : à quoi Ressemble-t-il de l’intérieur ?


Notre coup de coeur du moment ! ===>
Découvrez la liste des Accessoires de Voyage à emporter pour avoir l'esprit léger !

chateau-chenonceau

Le Château de Chenonceau est l’un des châteaux les plus connus et les plus visités de France.

Il faisait donc, évidemment partie, de notre périple à la découverte des châteaux du Val de Loire.

On a tous en tête son architecture extérieure si atypique et grandiose, avec ses arches enjambant le cher. Et, lorsque l’on se balade dans le domaine ou dans l’un de ses superbes jardins Diane de Poitiers ou Catherine de Médicis, on prend toute la mesure de sa beauté.

<

p>Voyez un peu à quoi ressemble le Château de Chenonceau de l’intérieur !


Au sommaire de cet article



Mais avant… un brin d’histoire…

chateau-chenonceau

C’est au Moyen-Âge qu’a été bâti le premier château de Chenonceau, par la famille Marques.

Il n’avait pas, à l’époque, la même structure qu’aujourd’hui et le pont n’existait pas.

Au XVIème siècle, c’est la famille Bohier qui hérite du Château de Chenonceau. Elle rase le château médiéval des Marques et entreprend de gros travaux. C’est la femme du chef des lieux, Catherine Briçonnet, qui dirigera les travaux jusqu’à son décès.

De toute manière, à Chenonceau, ce sont les femmes qui décident ! Na !

Le Château de Chenonceau est d’ailleurs surnommé le Château des Dames. En effet, si les Rois successifs apprécient moyennement le château de Chenonceau, les Reines et dames importantes, elles, l’adorent ! Cela se comprend, c’est un château très romantique… Chacune à son époque, le modifie, l’aménage et l’investit pleinement.

" à Chenonceau ce sont bien les femmes qui font la pluie et le beau temps ! "

Elles y viennent pour profiter des jardins, de la vue sur le Cher et y donnent de nombreuses fêtes et réceptions.

Henri II, fils de François Ier, offrit le Château de Chenonceau à sa favorite, Diane de Poitiers. C’est elle qui entreprendra l’aménagement d’un jardin sur la rive droite du Cher, qui porte d’ailleurs son nom.

C’est elle aussi qui fait construire un pont reliant le Château à la rive gauche du Cher, notamment afin d’y créer de nouveaux jardins et d’accéder à de plus grandes chasses.

Lorsque le Roi Henri II meurt en 1559, Catherine de Médicis, sa Reine, contraint Diane de Poitiers à restituer le château à la Couronne de France. Catherine de Médicis séjournera donc de nombreuses années à Chenonceau et fit construire une galerie, sur le pont de Diane de Poitiers.

Louise de Lorraine marquera également l’histoire du Château de Chenonceau, d’une note beaucoup plus sombre. Veuve inconsolable du fils de Catherine de Médicis, le Roi Henri III qui fut assassiné en 1589, elle séjournera à Chenonceau et s’aménagera une chambre sombre et austère, à l’image du deuil qui l’habite, elle qui aimait d’amour son Roi.

Je vous avais prévenus: à Chenonceau ce sont bien les femmes qui font la pluie et le beau temps !

Si le château de Chenonceau est encore debout, c’est grâce à la malice de l’Abbé François Lecomte qui interpella les destructeurs en leur disant : « Eh quoi citoyens ! Ne savez-vous pas que Chenonceau est un pont ? Vous n’avez qu’un seul pont entre Montrichard et Bléré et vous parlez de le démolir ! « .

Le Château de Chenonceau vu de l’intérieur

chateau-chenonceau

Magnifique de l’extérieur, le Château de Chenonceau est So romantic à l’intérieur ! Plusieurs styles et ambiances, à l’image de ses femmes qui se succèderont en son sein.

La Salle des Gardes

chateau-chenonceau

Dans cette pièce à l’entrée du château, se tenait les hommes d’armes chargés de la protection du roi.

Au mur une suite de tapisserie des Flandres du 16e siècle représentent des scènes de chasse et de vie de château point à la ligne au centre de la pièce une magnifique cheminée Renaissance sur laquelle la devise de Thomas Bohier et Catherine Briçonnet, constructeur du château de Chenonceau, 2.

S’il vient à point, me souviendra, ce qui signifie ouvrez les guillemets si je parviens à construire le château de Chenonceau, on se souviendra de moi

La Chapelle

chateau-chenonceau

A la Renaissance, pas de château sans chapelle ou oratoire. Et Chenonceau ne déroge pas à la règle.

Sa chapelle en pierre blanche de tuffeau, creusée dans une alcôve, est superbe. Une petite porte secrète permettait au Roi et à la Reine de rejoindre une tribune de la chapelle afin d’assister, en toute tranquilité, aux messes qui y étaient données.

La Chambre de Diane de Poitiers

chateau-chenonceau

C’est dans cette pièce que Diane de Poitiers, la favorite du roi Henri II, passait ses journées et ses nuits.

La cheminée ainsi que le plafond à caissons portent les initiales d’Henri II et de Catherine de Médicis, les lettres H et C entrelacées. Ironie: ces deux lettres entrelacées forment également le D de Diane de Poitiers.

Un lit à baldaquin ainsi que des fauteuils Henri II recouverts de cuir de Cordoue sont également contemporains au séjour de Diane de Poitiers au château.

D’immenses et superbes tapisseries des Flandres du XVI ème siècle décorent la chambre ainsi qu’un tableau de Catherine de Médicis qui, on peut le supposer, n’ornait pas la cheminée à l’époque où Diane de Poitiers dormait dans cette chambre…

Le Cabinet vert

chateau-chenonceau

Le cabinet vert joue un rôle très important dans l’histoire du château de Chenonceau comme dans l’histoire de France puisque c’est d’ici que la reine Catherine de Médicis, devenue régente du royaume à la mort de son époux Henri II, gouverna la France.

Fièrement accrochée, une tapisserie de Bruxelles du XV ème siècle, à la fois gothique et Renaissance, exceptionnelle aux couleurs verte, bleue et dorée, est inspiré par la découverte des Amériques.

Les murs verts du cabinet sont également recouverts de nombreuses peintures d’illustres artistes, comme Poussin (La fuite en Égypte) ou Ribeira (Les trois évêques).

Deux cabinets italiens du XVI ème siècle entourent la porte.

La Grande galerie

chateau-chenonceau

Depuis un petit passage dans la chambre de Diane de Poitiers, on rejoint la grande galerie.

Diane de Poitiers avait fait réaliser à cet endroit un pont, que Catherine de Médicis ordonna de recouvrir, ensuite, d’une galerie à deux étages afin d’y donner bals, banquets et réceptions.

Ces fêtes avaient un but politique puisqu’elles permettaient que catholiques et protestants se retrouvent dans une ambiance conviviale, et ce alors même que les guerres de religion faisaient rage.

La galerie est superbe: longue de 60 m, large de 6 m, éclairée de 18 fenêtres, le tout mis en valeur par son sol carrelé de tuffeau et d’ardoise et son plafond à solives apparentes.

Sur les murs de la galerie s’ajouteront au XIX ème siècle une série de médaillons aux visages de personnages historiques célèbres.

Durant la Première Guerre mondiale, Monsieur Gaston Menier, alors propriétaire de Chenonceau, fit aménager dans cette galerie un hôpital afin d’y soigner les blessés.

Les Cuisines

chateau-chenonceau

Les cuisines sont, à la Renaissance, éloignées des pièces de vie, pour éviter aux souverains d’inhaler les fumées et autres désagréments.

Ainsi, à Chenonceau, les cuisines sont installées en sous-sol. Elles sont grandioses: une boucherie, une salle à manger avec un four à pâtisserie, la cuisine et sa grande console permettant de préparer des bons petits plats et, de part et d’autre, des garde-manger pour satisfaire à toutes les demandes de Sa Majesté.

Salon François Ier

chateau-chenonceau

Cette salle aux couleurs dorées et chaleureuses, expose une magnifique collection de tableaux et de portraits, dont le plus remarquable est celui de Diane de Poitiers en Diane chasseresse peint par Le Primatice, peintre de l’école de Fontainebleau.

Le salon abrite une sublime cheminée Renaissance sur laquelle on retrouve la devise de Thomas Bohier: « S’il vient à point, me souviendra ».

Un superbe cabinet du XVIème sicèle siècle attire l’attention par la beauté de ses incrustations d’Ivoire et de Nacre, cadeau de mariage fait à François II et Marie Stuart.

Salon Louis XIV

chateau-chenonceau

Le Salon Louis XIV a été crée par Madame Dupin en hommage au Roi, venu en visite à Chenonceau en 1650. Ce dernier ayant adoré le château, il légua un superbe tableau à son effigie au propriétaire des lieux, son oncle, le Duc de Vendôme, entouré d’un cadre doré et majestueux.

C’est dans ce salon que Madame Dupin, dont le portrait au mur souligne la grâce et l’intelligence, reçut les encyclopédistes tels que Voltaire, Rousseau et Montesquieu, lorsqu’elle était propriétaire de Chenonceau au XVIIIe siècle.

Le tableau de Louis XIV, le sol géométrique et la magnifique cheminée ornée d’une salamandre dorée, font du Salon Louis XIV l’une des plus belles pièces de ce château de Chenonceau.

La Chambre des 5 reines

chateau-chenonceau

Nous sommes au premier étage du château.

Cette chambre a pris son nom en mémoire des deux filles et des trois belles filles de Catherine de Médicis: La Reine Margot, Elisabeth de France, ses filles, Marie Stuart, Élisabeth d’Autriche et Louise de Lorraine, ses trois belles filles.

Les murs sont habillés de superbes tapisseries des Flandres représentant le siège de Troie ou encore les jeux de cirque dans le Colisée.

Un grand lit à baldaquin à la tapisserie rouge et or posé au coin de la cheminée Renaissance laisse imaginer à quel point les femmes étaient ici confortablement installées.

La Chambre de Catherine de Médicis

chateau-chenonceau

Les spectaculaires tapisseries au mur ainsi que le plafond en bois à caissons carrés, peints et dorés, aux initiales C et H, font de cette pièce l’une des plus raffinées du château.

Le lit à baldaquin, délicatement sculpté, ainsi que le sol de tomettes sont caractéristiques de la Renaissance.

Le Cabinet d’Estampes

chateau-chenonceau

Depuis la chambre de Catherine de Médicis on accède à deux petits appartements qui constituent le cabinet d’estampes.

La première pièce est écrasante de beauté avec ce magnifique plafond décoré d’une toile peinte pour Madame Dupin au XVIIIème siècle.

Cette pièce amène à la seconde, ouverte sur le Cher, où l’on imagine Catherine de Médicis s’inspirer des vaguelettes du fleuve pour prendre des décisions politiques importantes.

Une belle collection de dessins, gravures et estampes représentent le château à différentes époques.

La Galerie Médicis

chateau-chenonceau

Catherine de Médicis, la Reine-mère, est passionnée d’art. Sur le pont construit sous la houlette de sa rivale, Diane de Poitiers, elle fit construire une galerie qui abrite les plus beaux chefs d’oeuvre de sa collection: porcelaines, tapisseries, tableaux et sculptures chers au coeur de la Reine.

C’est l’endroit qu’a choisi le Château pour dévoiler de grands panneaux explicatifs ainsi que des documents et archives, retraçant la vie du château et des personnages emblématiques qui l’ont habité. Très beau et intéressant !

Chambre de César de Vendôme

chateau-chenonceau

Encore une magnifique chambre que celle de César de Vendôme!

L’oncle de Louis XIV a pu profiter du magnifique plafond à solives apparentes que soutient une corniche décorée de canons, d’une cheminée Renaissance dorée et peinte aux armes de Monsieur Bohier et d’une fenêtre ouvrant sur le Cher encadrée par deux cariatides de bois.

Le très beau lit à baldaquin ainsi que le mobilier sont de style Renaissance.

Vestibule du Second étage

chateau-chenonceau

Comment ne pas parler de ce vestibule qui est tout aussi beau que les autres pièces du château ?

Une belle tapisserie Renaissance ainsi que deux oeuvres représentant le château de Chenonceau habillent le vestibule.

Mais c’est surtout son plafond curvé et peint dans des couleurs printanières qui donne à l’ensemble un énorme charme et beaucoup de caractère.

Chambre noire de Louise de Lorraine

chateau-chenonceau

La visite de l’intérieur du château s’achève par la chambre noire de Louise de Lorraine.

Celle-ci se retire à Chenonceau dans le recueillement et la prière après l’assassinat de son époux le roi Henri III en 1589.

Entouré d’une cour restreinte de fidèles et toujours vêtue de blanc, marque du deuil royal, Louise de Lorraine sera surnommée la Reine Blanche.

Le superbe plafond en bois, peint en noir, comme les murs, est d’origine.

La chambre est également décorée d’attributs du deuil: plumes, larmes d’argent, cordelières des veuves …

Un Christ gothique à couronne d’épines rappelle la pieuté de Louise de Lorraine et son inconsolable chagrin à la perte de son époux qu’elle aimait tant.


Lisez également nos récits sur ces autres destinations !